Wolfgang Amadeus Mozart

 

Mozart demeure sans doute le musicien classique européen le plus connu, et le plus joué. Son génie et sa mort précoces, son existence tumultueuse, ont contribué à la genèse d'une aura et d'une légende romantiques. Classé en musicologie, comme compositeur « classique », Mozart excelle, au gré de quelques 600 œuvres, dans des styles aussi disparates que l'opéra, le concerto, la musique de chambre, la musique sacrée ou encore la symphonie. Un talent polymorphe qui parvient à sublimer le langage de chaque instrument. Son originalité, son élégance, son humour et son étonnante modernité font de Mozart un musicien universel, capable se s'adresser aux enfants comme aux amateurs les plus érudits.

Né en 1756 à Salzbourg, Johannes Chrysostomus Wolfgang Theophilus Mozart, plus connu sous le nom de Wolfgang Amadeus Mozart, fils du compositeur Léopold Mozart et de son épouse Anna Maria Pertl, témoigne dès son plus jeune âge d'une prédisposition pour la musique : oreille absolue, capacité de mémoire prodigieuse. Avant de savoir lire, écrire et compter, le jeune Mozart déchiffre des partitions, joue de l'orgue, du clavecin, du violon, et compose ses premières œuvres à l'âge de six ans. Léopold présente son fils à la cour de Vienne, qui se déclare férue du jeune prodige. Employé par le prince-archevêque Schrattenbach (Salzbourg), il part en tournée, de 1762 à 1766, avec son père et sa sœur. Munich, Mannheim, Francfort, Bruxelles, Paris, Londres, Amsterdam, Genève : le tour des cours européennes lui permet de conquérir un public, et d'acquérir de nouvelles influences musicales. Il rencontre notamment deux musiciens déterminants dans son art : Johann Schobert, et Johann Christian Bach, fil de Jean-Sébastien Bach, qui l'initie à l'opéra italien et à l'art de la symphonie.

De retour en Autriche, il compose ses premiers opéras à l'âge de 12 ans (1767-1768) : Apollo et Hyacinthus, Bastien et Bastienne et La finta semplice. S'ensuivra une période de liberté créatrice, où verront le jour quelques-unes de ses œuvres maîtresses : L'enlèvement au Sérail en 1782, La Grand Messe en Ut Mineur, Les noces de Figaro en 1786. Des années prolifiques durant lesquels il fera connaissance de Jean Sébastien Bach et de Händel, compositeurs qui influenceront le reste de son œuvre, et resserre les liens avec son ami Joseph Haydn. Il commence à composer Don Giovanni lorsque son père décède en 1787. Obsédé par la mort l'opéra prend alors une autre tournure, plus sombre, plus dramatique. La pièce connaîtra un énorme succès à Prague, mais nullement à Vienne.

Durant les dernières années de sa vie, Mozart, souvent malade, s'endette malgré des succès bien rétribués car il mène grand train. Il compose énormément : sonates, concertos, symphonies, opéras (dont Cosi Fan Tutte). En 1790, il écrit La flûte enchantée, opéra maçonnique, puis s'attelle à son Requiem, commandé par un mystérieux inconnu, qu'il ne parviendra pas à finir. Mozart s'éteint le 5 décembre 1791 à l'âge de trente-cinq ans. La légende, renforcée par Amadeus, le film de Milos Forman, fait du Requiem une œuvre prémonitoire. Mozart fut enterré au cimetière St Marx à Vienne, dans une fosse communautaire appartenant à la famille.